© Permaculture&Transition

  • Marlène Vissac

Formateurs en Permaculture - Histoire et exemples actuels

Mis à jour : 19 févr 2019

D'après Bill Mollison (co-fondateur de la Permaculture), toute personne ayant suivi un CCP– et selon ses motivations et capacités – peut enseigner la Permaculture.

La Permaculture : un autre regard sur le monde

À la naissance de la Permaculture, en Australie dans les années 1970, il y avait un registre pour les formateurs („register as a teacher“). Bill Mollison et Geoff Lawton expliquent cela très clairement, en réponse à une question de Darren Doherty :

https://www.youtube.com/watch?v=7r5hYa_rEp0


Design with Ease


Le mot permaculture peut être utilisé par quiconque adhérant à l'éthique et aux principes définis dans "Designers Manual". La seule restriction dans l'usage concerne la formation : seul.e.s les diplômé.e.s d'un Institut de Permaculture peuvent enseigner la permaculture, et ils adhèrent à un cursus agréé, développé par le collège de diplômé.e.s des instituts de permaculture.

L'expression „is graduated from a permaculture institute“ n'est pas 100% clair, car tous les pays ne sont pas fédérés autour d'une structure et n'ont pas créé d'institut. Ainsi, le certificat délivré à la fin d'un CCP, ou le travail d'au moins deux ans comme étudiant.e.s en Permaculture avec accréditation publique au titre du „designer in applied permaculture design“ est-il valable et reconnu par les paires de la Permaculture ? La question reste ouverte à débattre.

C'est peut être pourquoi, Bill Mollison parle d'enseigner de la permaculture en général, et ne parle pas spécifiquement des CCP.


Pérennisation et évolution dans le monde

En Australie, Geoff Lawton devient l'héritier du premier institut créé par Bill Mollison, „Permaculture Research Institute“ (PRI). Puis vint Robin Francis (étudiante de Bill Mollison) qui créé son propre institut certifiant, le "Permaculture College“.

Aux côtés de ces deux formateurs - designers, mondialement (re-)connus, il y a beaucoup d'autres collègues qui pratiquent, expérimentent et enseignent la Permaculture, sans l'appeler du même titre, au sein de leurs propres structures (association, entreprise, fondation).

C'est le cas de Darren Doherty, ami proche de Bill Mollison avec qui il a enseigné une vingtaine de CCP, et a décidé de ne plus utiliser le terme Permaculture. Il préfère combiner les points forts de la Permaculture avec ceux de l'Holistic Management (la gestion holistique) pour inventer "l'agriculture régénérative“ (REGEN'AG®).

Aux USA, Ben Falk créé l'"holistic-systems-design" et écrit 64 principes. Ainsi que Marc Shepard qui propose "l'agriculture de régénération“ („restoration agriculture“) et qui évite de parler de permaculture, bien qu'il "vient“ de là.


De l'origine et Aujourd'hui

Dans les années 1980, le constat mondial conduit à ce que le message de la Permaculture et sa transmission se répandent le plus vite possible sur la planète. Il a donc fallut établir un consensus tacite : qui a suivi un CCP peut enseigner.

Malgré la création des instituts ou associations nationales à travers la planète, IL N'Y A TOUJOURS PAS D'ACCORD INTERNATIONAL CONCRET STIPULANT SUR QUI A LE DROIT D'ENSEIGNER DES CCP OU PAS.

Chaque association, chaque pays fait suivant ses besoins et moyens, car la Permaculture, ses applications et transmissions, sont avant tout contextuelles.

En Allemagne, par exemple, il y a des CCP organisés par l'"Akademie"*, dont l'équipe pédagogique est formée de formateurs diplômé.e.s affilié.e.s à l'Akademie. L'engagement de chacun.e est :

- de participer à un financement solidaire (distribuer le surplus – c'est à dire que le surplus est re-injecté à d'autres projets de l'Akademie, et non pas distribué aux enseignant.e.s du stage)

- d'assurer que 80% des membres de l'équipe pédagogique soient titulaire du diplôme (diplôme obtenu en Allemagne comme ailleurs, en Angleterre ou en Autriche par exemple)

*Permakultur Akademie Deutschland est un regroupement d'enseignant.e.s, diplômé.e.s et étudiant.e.s, qui fait partie de l'association „Permakultur Institut e.V.“, fondée par Declan Kennedy dans les années 1980.


Débats actuels

Au sein de l'Akademie, il y a des discussions sur la légitimité de CCP organisés par des personnes non-diplomé.e.s (ou des diplômé.e.s engagé.e.s au sein de l'Akademie ne voulant pas participer au financement solidaire)

La solution : ils peuvent mettre une annonce sur le site de l'Akademie (dans une autre rubrique) gratuitement, avec la possibilité de verser une partie de leur surplus à l'Akademie (pas d'obligation, pas de contrôle parce que trop de travail de suivi). Néanmoins, ils ne peuvent pas délivrer de certificat à l'issu de ces CCP, au nom de l'Akademie.


La crainte qu'une trop grande offre de CCP, enseigné par des formateurs qui ne veulent pas adhérer à l'Akademie, fut l'objet de débats. La reponse à l'époque fut proche de l'opinion de Rosemary Morrow : seule la qualité compte.

Et, au vu du développement sain et organique de l'Akademie (small and slow solutions), le bon choix fut de ne pas contrôler ou "interdire“ aux autres formateurs d'offrir leur stages. Aujourd'hui, une grande diversité de personnes propose des stages, et les intéressé.e.s optent plutôt pour les stages de l'Akademie.

Actuellement, il y a aussi une discussion en Suisse (romande) pour mettre en place des standards sur la coordination, l'enseignement par la présence d'un.e diplomé.e ainsi que sur les contenus standards d'un CCP.


Et maintenant...


En ce qui concerne les formations pour formateurs (sur le contenu, la pédagogie des CCP mais aussi d'autres approfondissements de la Permaculture), il y a des formations en anglais dans plusieurs pays depuis une dizaine d'années (Angleterre, Danemark, Autriche, Allemagne, Espagne, Croatie et surement d'autres). En France, Steve Read, Judith Lashbrook et d'autres ont déjà proposé ce type de formation.